Fnacbook 2.0

Un petit mot pour vous informer que le Fnacbook a été récemment mis à jour avec un nouveau firmware qui vient corriger la plupart des défauts initiaux. Les développeurs sont donc à l’écoute des utilisateurs mais bon ça a pris pas mal de temps.

Alors quelles sont les nouveautés ?

Tout d’abord on a enfin un mode plein écran avec juste un menu pop-up en pressant le “+” en bas à droite de l’écran, ça libère de l’espace et ça fait gagner en visibilité.

La bibliothèque est bien plus pratique à utiliser, on peut trier les livres avec les mêmes critères qu’auparavant, mais on gagne un affichage sous forme de vignettes, la possiblité de créer des catégories (limités à 16 néanmoins) et la possibilité de trier les livres par ordre ascendant ou descendant. Vraiment un gros plus.

Le menu pop-up possède maintenant des icônes qui ressemblent à quelquechose et elles sont accompagnées d’un texte qui explicite encore plus les choses.

On peut désormais se rendre sur internet en connexion wifi uniquement (c’est un peu gadget, mais si c’est le seul appareil que l’on a sous la main…)

Au chapitre des choses manquantes, il n’est toujours pas possible de changer le contraste du bouquin et il existe encore quelques ralentissements parfois inexplicables. Mais globalement, j’ai l’impression que ça va un peu plus vite qu’avant.

Bref, le Fnacbook devient une vraie alternative en France dans le paysage des liseuses pour un prix vraiment compétitif (le modèle le plus proche, c’est le sony PRS-650 et il coûte 250 euros sans wifi et sans 3G…).

Par ailleurs, les éditeurs semblent faire des efforts pour vendre les ebooks à un prix raisonnable (en tout cas pour les livres de fantasy et de science-fiction) et la Fnac est un excellent relais de ces éditeurs. On notera que ce sont surtout les jeunes éditeurs qui baissent les prix et vendent sans DRM. Les grands anciens tentent encore pendant quelques temps de nous vendre les choses au prix fort et avec des DRM… Mais le marché semble entrain de prendre. Tant mieux pour nous ^^

Publicités

La manipulation pour les nuls

Vous avez un téléphone portable ? Vous avez déjà reçu un appel de votre opérateur venant vous informer des nouvelles offres ? Vous avez déjà apprécié l’accent plus ou moins prononcé des opérateurs ?  Vous avez déjà eu l’impression que tous les appels étaient identiques ? Vous avez déjà regretté une décision prise alors que vous n’aviez pas envisagé le moins du monde de changer d’offre ?

Vous avez répondu “oui” à toutes ces questions ? Alors vous êtes déjà en mon pouvoir et l’expérience montre que si je vous demandais maintenant quelquechose vous seriez plus enclin à dire oui. Etonnant ? Non, c’est ça la manipulation !

Les appels tels que ceux décrient précédemment sont très bien structurés et en particuliers le début de l’appel où l’opérateur vous rappelle aimablement votre forfait et vos options (qui se trouvent afficher sur son écran et qui sont donc forcément juste) en vous demandant de confirmer pour chaque proposition. Votre interlocuteur disposant d’informations exactes sur vous, vous répondez alors “oui” à toutes ces questions… Voilà vous êtes fin prêt à accepter au moins une des offres qui va vous être proposé dans les 5 minutes qui suivent.

A la clef pour l’opérateur, un réengagement de 24 mois durant lesquels vous n’entendrez plus parler de lui car le coût de résiliation est alors tellement important que rare sont les personnes à en faire usage.

Pour faire face à ça, un petit conseil, tentez de sortir du carcan dans lequel l’opérateur veut vous faire rentrer en posant des questions qui n’ont rien à voir avec l’entretien ou en l’obligeant à sauter l’étape de formatage de votre cerveau, vous garderez alors pour vous un peu de discernement !

Vous ne téléphonerez plus jamais de la même façon ^^

Test du Fnacbook

Très récemment, j’ai reçu en cadeau un Fnacbook. Ce cadeau tombait plutôt bien car je lorgnais sur une liseuse d’e-book depuis un certain temps déjà et cela m’a permis de passer le pas.

J’ai pu m’en servir pendant un bon mois maintenant et je pense être à même de faire un compte rendu sur l’utilisation d’un tel appareil.

L’impression que j’ai actuellement sur le marché de l’e-book c’est que ce dernier tarde à percer par défaut d’une offre satisfaisante et plus ou moins exhaustive concernant l’accès à ces fameux livres électroniques, cela encore retardé par la présence de DRM pourris, mais j’y reviendrai.

Présentation et versant technique

Le fnacbook est donc une liseuse avec un écran tactile et un affichage e-ink. L’appareil est relativement petit, tout en plastique mais qui semble malgré tout assez résistant. Le choix du blanc pour le tour de ce dernier me laisse un peu sur ma faim, étant donné qu’en plein soleil, on est fort gêné par la luminosité de ce dernier. On trouve 4 boutons sur le côté droit de l’appareil. Un pour la mise en veille (jaune plutôt moche) et 3 boutons pour accéder au store, à la page d’accueil à notre bibliothèque. Pour un appareil vendu par la Fnac et en France exclusivement (a priori), il est étonnant de ne pas avoir fait un effort de traduction de ces derniers… L’écran tactile est plutôt pratique pour tourner les pages de son livre car on retrouve un geste un peu similaire à un vrai livre et on aurait presque envie de se lécher le doigt pour que ça marche mieux 😉 Malheureusement, l’écran n’est pas très réactif (ou peut-être que cela est dû à l’affichage) et on retrouve des ralentissement absoluement inexplicable entre les chapitres (pour les livres que j’ai pu lire en tout cas) qui font que souvent on tournera deux ou trois pages d’un coup car on a l’impression que notre geste n’a pas fonctionné. C’est assez agaçant, d’autant que quand on a goûté à la réactivité de l’iPad on est en droit d’attendre au moins autant d’un système qui semble plus simple.

Concernant l’affichage des pages il se fait assez rapidement une fois l’ordre donné et on trouve un bouton de rafraichissement assez efficace en cas d’images rémanentes (ce qui arrive quand on laisse l’appareil longtemps en veille). Le fond d’écran est gris, ce qui me semble être une mauvaise idée car cela limite fortement le contraste sur l’appareil qui n’est d’ailleurs pas encore réglable dans les paramètres (peut-être avec une mise à jour ?). Il est donc nécessaire d’avoir beaucoup de lumière, bien plus que pour un livre ordinaire, ce qui est un gros point noir pour l’appareil. Néanmoins, on peut grossir le texte plusieurs fois et obtenir alors un confort de lecture satisfaisant moyennant une bonne source lumineuse. Du fait de l’e-ink et de la petite taille de la page, on ne retrouve pas l’effet de fatigue que l’on peut avoir sur un iPad. Un bon point pour l’appareil, mais c’est un peu l’intérêt d’avoir une liseuse alors…

L’écran est un peu parasité par une barre d’outils qui se trouve en permanence en bas de l’écran. il est pour l’instant impossible de la faire disparaître pour gagner encore en confort de lecture (peut-être dans une mise à jour ?). Cette barre d’outils, permet d’accéder aux différentes fonctions de l’appareil, en particuliers, le chapitrage qui passe par un système un peu complexe et peu intuitif. La gestion des marques-pages est assez lourde. Un gros point noir pour moi, rien de dramatique non plus, mais on est en droit d’attendre mieux d’un appareil qui sort si tardivement sur le marché et qui devrait pouvoir s’inspirer des premiers outils qui ont essuyé les plâtres.

Le Store

Le store de la fnac est plutôt bien fourni et assez facile à utiliser dans sa version explorer web. En usage sur le Fnacbook, c ‘est une autre paire de manche puisqu’on a à faire à des erreurs flagrantes de conception. Pas d’accès à son caddie, pas de résumé de ses achats, pas de confirmation avant le paiement final… tout ces défauts pouvant amener à de mauvaises surprises lors d’un séjour sur ce dernier. Ceci associé à la politique client mené par la Fnac où le remboursement d’une oeuvre électronique même non téléchargé est totalement impossible, aucun geste n’est fait pour reconnaître que leur système n’est pas encore au point. J’imagine qu’il n’existe pas de système de traçabilité afin de voir si un le téléchargement d’un article a bien eu lieu. De ce côté la plateforme d’Apple fait plus d’effort pour tenter de satisfaire ces clients.

Ca ne donne pas envie d’y retourner (j’ai personnellement eu des expériences plutôt négatives et Korben en dit autant sur son blog). Pour ma part, j’ai acheté des oeuvres sans le vouloir car je ne pouvais accéder au résumé de mon caddie et certaines oeuvres que je me suis procuré sont tout bonnement illisible sur l’appareil car au format pdf et non adapté à la taille de l’appareil. Ca ne donne pas vraiment envie d’y revenir.

Les DRM en question

Il reste à aborder les DRM qui sont présents sur une grande partie des ouvrages du store. Hormis quelques éditeurs, tel Bragelonne, qui ont bien compris que l’usage des DRM n’était un problème que pour l’utilisateur final et que cela ne protégeait en rien les oeuvres, l’usage des DRM empêche un usage convenable de ses livres alourdissant inutilement le fonctionnement de la liseuse (qui n’avait par ailleurs vraiment pas besoin de ça). Le marché est très récent en France et donc on va devoir attendre encore un certain temps avant de disposer de fichier non protégé pour les gens qui sont disposés à acheter légalement mais qui ne souhaitent pas être emmerdé par ces #@**$ de DRM…

Conclusion

Au total, le fnacbook n’est pas un mauvais appareil, mais il semble être un peu daté. Ce dernier soucis serait encore acceptable si la Fnac sortait régulièrement une mise à jour de son firmware afin d’améliorer les fonctionnalités, ce qui n’est vraiment pas le cas. Depuis la sortie de l’appareil, il n’y a pas encore eu une seule mise à jour (il faut donc en passer par la communauté pour obtenir un firmware digne de ce nom). Ceci témoigne d’un manque de réactivité flagrant qui me semble symptomatique de ce marché où les éditeurs et fabriquants se dirigent trop timidement. Il semble nécessaire d’investir énormément dès le départ afin de ne pas rebuter les gens avec des appareils et des fonctionnalités défectueuses qui pourrait les empêcher d’y revenir par la suite dégoûté de leur première expérience. D’autant que dans la plupart des cas, on s’adresse à une population qui recherche un usage simple et facile d’un tel outil.

On peut tout de même saluer l’effort de la Fnac concernant la mise à disposition des oeuvres en version électronique avec un store extrêmement bien fourni en oeuvres françaises, ce qui manquait sur le marché jusqu’à lors. L’accès en est facilité par l’intégration de la 3G dans l’appareil. Malheureusement, l’usage et le paiement sont encore défaillants même si des améliorations sont toujours possibles.

Les points positifs :

  • une offre en livre plutôt bien fourni, facilement accessible sur l’appareil avec des prix plutôt intéressant sur certains ouvrages.
  • un appareil relativement bien fait et agréable

Les points négatifs :

  • des erreurs de jeunesse dans certaines parties de la conception de l’appareil.
  • une autonomie ridicule en wifi et 3G.
  • un manque de réactivité de l’écran tactile et des ralentissements inexplicables.
  • la politique client de la fnac
  • Les DRM qui sont encore présents et qui ne gênent que l’acheteur honnête, comme d’habitude